Articles

Discours du Ministre des Affaires Economiques et du Développement

Discours de bienvenue, Prononcée par le Ministre des Affaires Economiques et de Développement,

à l’occasion de l’ouverture du Congrès de Haut Niveau, sur la Transparence et le  Développement pérenne

 

 

Excellence, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République, Président de l’Union Africaine ;
Monsieur le Premier Ministre ;
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
Monsieur le Président du Conseil des Sénateurs ;
Messieurs, les Ministres ;
Messieurs les Présidents et Membres des Délégations des Pays Frères et Amis ;
Messieurs, les Députés et élus locaux ;
Monsieur Peter Aiken, Président du Conseil Consultatif de l’Organisation pour la Transparence Internationale ;
Madame Aichetou Le Raby, Commissaire Chargée des Affaires Politiques de l’Union Africaine ;
Monsieur Aly Abou Saboue, Vice-Président du Groupe de la Banque Africaine pour le Développement ;
Monsieur Abdallahi Djani, Président de l’Institut Africain pour la Gouvernance, Directeur Exécutif de l’Organisation Mau-Brahim ;
Mesdames et Messieurs, Membres du Corps Diplomatique et Représentants de nos Partenaires au Développement ;
Mesdames et Messieurs, Experts et Chercheurs Académiciens ;
Mesdames et Messieurs, Représentants de la Société Civile et du Secteur Privé ;
Cher Auditoire ;
Mesdames, Messieurs ;

Permettez-moi, Excellence, Monsieur le Président de la République, de souhaiter chaleureusement, Notre Bienvenue Africaine, à Cette Honorable Assemblée, et à Cet Auditoire de Haut Niveau, Distingué en nombre et en Diversité.

Permettez-moi également, Excellence, Monsieur le Président de la République, de souhaiter particulièrement, la bienvenue, à Monsieur Aiken et au Staff de l’Organisation de la Transparence Internationale, par appréciation de leurs formidables efforts, contribuant efficacement à la préparation de ce premier congrès du genre dans notre pays, pour son accompagnement et leur contribution à pourvoir à ses moyens de succès.

Il ne m’échappera point, de remercier nos partenaires au développement, pour le parrainage et l’organisation, surtout, l’Union Européenne, la Banque Mondiale, la Banque Africaine pour le Développement et le Programme des Nations Unis pour le Développement, ainsi que la Coopération Allemande.

Notre remerciement va de pair également, aux personnalités de référence, aux organisations, associations et centres d’études qui ont répondu volontiers à l’invitation de la Mauritanie et sont venus assister efficacement aujourd’hui à l’enrichissement de cette importante rencontre.

Notre remerciement vous est voué tous, à chacune et à chacun de vous, honorables hôtes.

Excellence, Monsieur le Président de la République ;
Honorables hôtes ;
Mesdames, Messieurs ;

Si l’organisation de ce congrès aujourd’hui survient en guise de couronnement des efforts de la Mauritanie, en matière de transparence et de lutte contre la gabegie, pour son travail inlassable à asseoir les piliers d’une bonne gouvernance, et pour son œuvre tenace à réaliser un développement pérenne, il n’en soit pas moins, qu’elle constitue une concrétisation illustre de la vulgarisation d’une prise de conscience de l’intérêt expresse accordé à toutes ces questions, partout dans Notre Chère Afrique, ainsi qu’une consécration de volonté des leaderships du Continent Africain, en la réforme et en la prise d’initiative en sa faveur.

Excellence, Monsieur le Président de la République ;
Honorables hôtes ;
Mesdames, Messieurs ;

Nous devons réaliser en ce moment de lancement de cette initiative, que nous assistons à un instant historiquement solennel, tant sur le niveau national que continental.

Qui d’entre nous, sur le plan national, quelques années auparavant, aurait pu prévoir que la lutte contre la gabegie, mériterait-elle la priorité de l’action gouvernementale, ou que notre capitale Nouakchott abriterait également, un congrès de ce niveau, autour du thème de la Transparence ?

Qui d’entre nous, sur le plan continental, aurait rêvé que la Transparence occuperait un jour une place de premier ordre, dans l’agenda de l’Union Africaine, et qu’elle arriverait un jour à être traitée comme un sujet aussi sensible, tel celui des flux financiers illégaux, et à être insérée à l’ordre du jour du Sommet de l’Union Africaine ?

Oui, parler de gabegie, était un sujet tabou, ou plutôt une interdiction pour les masses médias officiels au moins, ainsi que pour les déontologies gouvernementales, à plus forte raison qu’il soit une vocation, un choix et à ce que son combat parvienne à être une pratique effective.

Vous avez indéniablement acquis, Excellence, Monsieur le Président de la République, le premier mérite d’avoir procédé avec témérité et une volonté ferme, à déraciner la gabegie et à faire tarir ses affluents, en déclarant au moment de votre avènement au pouvoir dans ce pays, votre ralliement expresse à la Transparence, et prouvé par les actes, votre attachement confirmé, à aller contre toutes formes de gabegie, apposant ainsi une touche de morale à notre vie publique.

Vous voici aujourd’hui, en votre qualité de Président de l’Union Africaine, engager dans cette initiative d’avant-garde, permettant ainsi aux Gouvernements Africains, aux personnalités de référence, aux organisations de la Société Civile, au Secteur privé et aux chercheurs et experts, à cerner  les différents aspects de ce dangereux phénomène, à échanger des points de vue au sujet des meilleures pratiques, de profiter des leçons et d’exemples tirés à travers les expériences d’autres nations, en vue de concevoir et de formuler une approche totalement Africaine, en matière de Transparence et de Développement pérenne.

Excellence, Monsieur le Président de la République ;
Honorables hôtes ;
Mesdames, Messieurs ;

Ce congrès de Haut Niveau, traite des questions d’importance notoire, pour notre Continent, ainsi que pour l’avenir de ses peuples ; se résumant en quatre axes suivants :

  • Le cadre juridique de la bonne gouvernance et la lutte contre la gabegie en Afrique ;
  • Les flux financiers illégaux ;
  • La transparence dans les industries extractives ;
  • Développement et consolidation du partenariat entre le secteur public, le secteur privé, et la Société Civile dans les domaines de la transparence et de lutte contre la gabegie.

Les débats que connaitront les séances du Congrès, convergeront sûrement, à l’élaboration d’un communiqué final, intitulé « La déclaration de Nouakchott sur la Transparence et le Développement Pérenne en Afrique », qui constituera une auguste lumière, éclairant tous les efforts Africains en la matière.

L’Histoire pérennisera en caractères d’or, ce moment historique.

Je vous remercie.

Share on Facebook